Savez-vous que vous êtes un demi-Dieu ?

Jour 2: Le Joyau

On est tous merveilleux (on naît tous merveilleux n’est-ce pas ?)!

Bon d’accord, les entrepreneurs plus que les autres 😉

C’est mon bon ami Claude Ananou qui s’amuse à répéter à ses étudiants en entrepreneurship qu’ils sont des demi-Dieux parce qu’ils créent!

Les coups de pieds expliquent que nous sommes tous uniques, une combinaison de talents.

J’aime bien parler de talents, quoi que j’aime mieux parler de  forces, des talents  sur lesquels vous avez ajouté des connaissances et du savoir-faire!

D’ailleurs si vous voulez connaître vos forces et comment les utiliser, je vous recommande ceci:

Bien entendu pour pouvoir « vivre » pleinement de ses talents il faut cesser de jouer à la victime. Ce n’est pas ce qui nous arrive, c’est ce que nous faisons avec ce qui nous arrive qui nous démarque! Bon sang que c’est facile de jouer à la victime lorsque nous sommes entrepreneurs. Moi le premier!

Des clients qui ne payent pas, des opportunités qui s’évaporent, une institution financière qui « ne comprend pas »,  la congestion permanente du réseau routier à Montréal (C’est ma préférée), etc. Toujours facile de trouver des excuses pour justifier notre piètre performance.  Ce n’est que lorsque nous stoppons de jouer à la victime et que nous nous concentrons sur ce qu’on fait de mieux que nous brillons tel un joyau!

À titre de travailleur autonome, il nous arrive aussi de « piler sur nos principes » pour obtenir un contrat qui permet de mettre du beurre sur la table. Agir contre-nature ne donne jamais de très bons résultats, et nous éloigne de ce que nous sommes « vraiment ».

Difficile à faire parfois mais la stratégie du « cordon de velours » de Michael Port, expliquée dans son livre « Book yourself solid » est probablement la stratégie la plus efficace pour un travailleur autonome à cet égard.

Bref, même avec vos imperfections, vous êtes un joyau…et à titre d’entrepreneur/travailleur autonome le Québec a besoin de vous voir briller! Vous êtes bon, reconnaissez-le!