Ça commence par un besoin (1)

out of gasMaintenant que le livre sur la méthode que nous avons développé Claude et moi est sorti, je vais enfin pouvoir blogger autant que je veux sur le sujet.

J’écoutais une conférence de Steve Blank et c’est avec beacoup de plaisir que je constatais que ce pionnier de Silicon Valley abonde dans le même sens que Claude et moi.

Avant d’entrer dans le détail du « besoin » je veux attirer votre attention sur une petite statistique issue de Silicon Valley. Le taux de succès d’une Start-up dans la Valley est d’environ 1/1000 (vous avez bien lu).

90% des entreprises qui ferment le font parce qu’ils n’ont pas de marché et pas de clients! Alloooooo….

Êtes-vous encore concentrés sur votre « super-solution »/idées/invention ? Ça répond à quel besoin ? Pouvez-vous me trouver 10 personnes qui ont exactement ce besoin ? Êtes-vous capables d’accepter que vos clients vous demandent de changer votre « offre » ? Vraiment ? Faîtes-le à temps plein pendant une semaine….Cette INTUITION de solution doit passer le TEST de la réalité

La première étape qu’un entrepreneur doit faire c’est « parler à ses clients ». Il doit le faire lui-même, car, sûr de son idée, toute opinion contraire rapportée par une tierce personne (Quiconque engagé pour les ventes et/ou le marketing) sera rejetée du revers de la main.. Le premier boulot de l’entrepreneur c’est développer sa clientèle, et pour ça il faut être à l’écoute et OUVERT aux réponses!

Pensez au succès commercial de la FLIP en 2008-2009.  Ils n’ont pas fait qu »écouter. Ils se sont rendu compte que la plupart des gens n’utilisaient pas toutes les fonctionnalités des super caméras vidéo, au point où ils étaient frustrés de payer pour des choses qu’ils n’utilisaient pas…ou pire, ne savaient pas comment…

L’entrepreneur doit connaître les besoins de ses futurs clients. Cela veut dire aller sur le terrain, pas d’amis, pas de famille, pas de collègues, pas de suppositions. Poser des hypothèses et ouvrir un « canal » pour accueillir le feedback de manière itérative et,  accepter de se tromper!

(à suivre)