Bâtir sa crédibilité (suite)

Dans le premier billet le projecteur était braqué sur vous, jeune entrepreneur. Cette fois-ci, l’emphase est sur votre entreprise.

Dans la phase de démarrage:

  • Soignez votre image d’entreprise

Les cartes d’affaires achetées «1000 pour 20$ » c’est pratique mais ça ne parle pas pour vous. Logo, cartes d’affaires, papier à lettres, enveloppes, brochures… tout doit être bien pensé. Si vous n’avez pas les moyens de les développer avec un professionnel, faites appel à des étudiants des programmes en arts graphiques des cégeps ou des universités : ils vous aideront à traduire en « images » votre personnalité.

  • Obtenez de la crédibilité par association !

Trouvez un mentor, un conseiller, un fournisseur, prêt à vous appuyer publiquement, mieux, à investir temps et argent dans votre petite entreprise. Ces associations peuvent prendre plusieurs formes. Un client satisfait n’hésitera pas à vous recommander. Demandez-lui une lettre d’appui. Obtenez la permission de vous en servir dans votre matériel promotionnel. Intégrez cette lettre à votre site Web, à votre « newsletter ».Si l’entreprise cliente vous propose de rédiger vous-même le texte, posez-leur quelques questions :

Pourquoi nous avoir choisi ?

Sommes-nous de commerce agréable ?

De quelle manière le problème a-t-il été réglé?

Comment notre entreprise se compare-t-elle avec d’autres, utilisées auparavant

Dans certains cas, le bénévolat est une autre façon de prouver sa compétence. Un de mes amis avocat, Robert Astell, à peine sorti de l’école, a plaidé dans les plus importants tribunaux du pays parce qu’il a offert ses services à un organisme de charité. Cette expertise lui a permis d’obtenir de bons clients plus rapidement que prévu.

Avec les clients

Ne parlez jamais en mal de quelqu’un. Ne vous plaignez pas devant un client ou un fournisseur : cela donne une très mauvaise image et les gens ne voudront pas être associé à quelqu’un comme vous.

Votre jeunesse, c’est comme un as au Black Jack. Apprenez à « saisir » si c’est ou non à votre avantage de parler de votre âge.

Accepter un projet qui dépasse un peu vos capacités peut vous forcer à apprendre. Toutefois c’est un jeu dangereux. Au final, jouez (à la baisse) surle nombre d’heures facturées, pas sur vos tarifs horaires. Il est normal d’être un peu moins cher au début. Mais si vous cassez les prix, non seulement vous nuisez à votre crédibilité (la qualité se paie), mais vous attirerez des clients qui ne cherchent que le plus petit prix à payer. Faites plus que du bon travail et tenez vos promesses.

Sur le web

Ce n’est plus l’Eldorado mais c’est encore une source de possibilité énorme. Allez voir Killer startups pour vous en donner une idée. Un ordinateur et un lien à haute vitesse suffisent à démarrer. Par contre, le niveau de méfiance est extrêmement élevé. Si vous voulez inspirer confiance, voici quelques règles de base.

  • Soyez transparent: pas de boîte postale, mais de l’information facile à trouver sur le site : vos nom, adresse, téléphone et personnes ressources, vos politiques d’achats et de paiements, l’utilisation de l’information donnée par vos clients. Partagez vos connaissances et ayez votre propre nom de domaine, avec serveur sécurisé.
  • Soyez constant : ne changez pas les termes de la garantie une fois qu’elle est en ligne. Respectez vos délais de livraison. Répondez rapidement aux questions posées sur votre site.

Avec les investisseurs


Obtenez le support d’un analyste Avec ces gens-là, il vaut mieux s’en tenir aux faits et connaître réellement vos compétiteurs. Rayez l’expression « mes prévisions sont très conservatrices » de votre vocabulaire. Après sept ans à la direction d’un centre d’entrepreneurship et après avoir lu plus d’un millier de plans d’affaires, je peux vous dire que, dans la réalité, les prévisions « conservatrices » seront celles que vous chercherez très fort à atteindre. Et rappelez-vous : pas besoin d’un scandale pour perdre votre crédibilité ! Falsifier les faits ou cacher sa vraie situation financière, changer d’idée en cours de route, revenir sur ce qui était entendu, ne pas prendre ses responsabilités, faire des promesses et ne pas livrer sont des petits travers que de jeunes entreprises ont quelquefois tendance à emprunter. Résistez, car une mauvaise réputation est très, très difficile à changer…